Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Histoire, patrimoine et tradition à Feissons s/ Isère

Alpage et fruit commun

Alpage et fruit commun
Alpage et fruit commun
Alpage et fruit commun
Alpage et fruit commun
Alpage et fruit commun
Alpage et fruit commun
Alpage et fruit commun
Alpage et fruit commun
Alpage et fruit commun
Alpage et fruit commun

L’introduction de la méthode de fabrication du gruyère venue de Suisse, pousse les paysans éleveurs à constituer des grandes montagnes et pour la Tarentaise de nombreux fruits communs. Le fruit commun est le revenu et la gestion communautaire des alpages où tous les animaux ont le droit de pâture moyennant une taxe appelée consigne,
réservée à l’entretien des chalets.


La période d’alpage dure de 96 à 100 jours entre le 11 juin et le 14 septembre. Chaque jour et quel que soit le temps, les hommes employés au fruit commun de Bizard commencent la traite du matin à 3h30 jusqu’à 6h30. Celle du soir dure de 14h30 à 17h30.


En 1948, le fruit commun de la montagne de Bizard emploie 12 hommes, chacun d’entre eux a un rôle bien défini : Le fruitier est secondé par le séracier pour la fabrication du sérac et le gouverneur pour l’affinage des fromages. Le pachenier déplace les pieux (pachons) où sont attachées les vaches pour la nuit et la traite. Il doit également épandre les bouses pour la fumure des pâturages. Les bergers, outre la garde du troupeau, soignent les laitières et règlent la consommation des pâtures en organisant des remues, en fonction de la pousse de l’herbe. Le boveron, lui, nettoie les écuries. Le boitier enfin, achemine le matériel, les fromages et la nourriture pour le personnel. Il est en charge de la préparation du bois pour le chauffage du lait lors de la fabrication du fromage.

La recette de la saison, après déduction des frais de gestion, est répartie selon la règle de la pesée unique effectuée vers la St Jacques (25 juillet) ou la Ste Anne (26 juillet). Ce qui consiste à relever le poids de lait produit par chaque vache ce jour-là et permet d’établir la part revenant à chaque propriétaire. La vache qui donne le plus de lait, est sacrée reine de l’alpage.

Téléchargez ici le réglement de la fruitière de Feissons, datant de 1895

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article